Marc Laliat, Toulouse, Montpellier, Paris Mobile : +33(0)6 82 67 95 95 ou Skype : marc.laliat

Le « snacking contenu » : une conséquence de la mobilité

Il faut aujourd’hui s’adapter au support de lecture. Fini le journal de 1 mètre de large (déplié), impossible à lire dans toutes les situations de la vie quotidienne (métro, avion, salle d’attente…).

L’usage des tablettes

Une des conséquences de la mobilité et de l’usage des tablettes, c’est bien le format du contenu plus réduit. Voici un tour d’horizon du « snacking contenu » :

  • Des informations courtes, de types « flash d’actualités » ou « breaking news » comme disent les américains,
  • Toujours s’appuyer sur un sujet que l’on maîtrise, en lien bien sûr avec sa ligne éditoriale,
  • Ne pas hésiter à préparer une base de contenu, un dossier et le découper en articles plus courts, publiés au moment une actualité apparait,
  • Se caler sur une longueur de 500 mots,
  • Travailler et retravailler le titre, qui devra comporter au moins un mot clé ou un terme issu de votre univers sémantique.

Un exemple ?
Vous possédez une boutique de chaussures et la Coupe du Monde approche. Rédigez un dossier sur l’importance de bien choisir son type de produit, en fonction du terrain, de votre niveau de jeu, de votre budget… et publiez ce dossier en 5 articles, à chaque fois lié à un moment fort de l’épreuve sportive, surtout si l’importance des équipements est mise en avant.

Le « snacking contenu »

Vous pensez que le  « snacking contenu » est une forme dénaturée ou trop allégée de communication? C’est vrai si il s’agit de l’unique moyen de communication.

Il faut donc l’intégrer dans votre stratégie de communication comme un relais, un renvoi vers vos contenus existants, plus riches et plus élaborés (livre blanc, dossier…) : il vous faut donc impérativement proposer à la fin de vos articles des liens vers vos autres contenus.

Sur le même sujet : Le Snacking Content | Micro contenu – Digital Content.

This entry was posted on Jeudi, mars 20th, 2014 at 9 h 52 min and is filed under EDITORIAL. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.